Le sans gluten

Le sans gluten

Le “sans gluten” ou “gluten free” est un terme que l’on retrouve de plus en plus souvent dans les produits vendus en grandes surface ou dans les recettes de cuisine. Mais qu’est-ce que le gluten ? Et pourquoi l’éviter ? Réponses.

Le gluten : qu’est-ce que c’est ?

Le gluten est un mélange de protéines (gliadine, gluténines) que l’on trouve dans certaines céréales comme l’épeautre, l’orge et le seigle. Mais c’est généralement dans les produits à base de blé qu’on le croise le plus souvent . Tous les produits à base de blé ou de farine de blé en contiennent. Ces protéines sont stockées dans la graine des céréales : le gluten est la source d’énergie indispensable à la germination ainsi qu’à la croissance des plantes.

En cuisine, le gluten est la substance collante qui permet de lier les aliments au sein des recettes, d’où l’usage très répandu de la farine de blé dans l’alimentation moderne. Mais depuis quelque temps, le régime “sans gluten” prend de l’ampleur. En effet, le gluten peut être à l’origine d’une sensibilité, d’une intolérance ou même d’une allergie.

Pourquoi manger sans gluten ?

Depuis quelques années, de nombreuses personnes se voient diagnostiquer une intolérance au gluten. D’autres y sont tout bonnement allergiques. Et enfin, pour préserver leur santé, certaines personnes choisissent délibérément de manger “sans gluten”. Car on peut y être sensible, sans avoir d’allergie ou d’intolérance à ce mélange de protéines. On dit d’une personne intolérante ou allergique au gluten qu’elle est atteinte de la maladie cœliaque.

Des troubles digestifs

Le gluten est considéré comme étant mauvais car il est souvent mal toléré par notre système digestif. Et ce, même si nous n’en avons pas toujours conscience. Les gliadines contenues dans le gluten provoquent une réaction du système immunitaire. Et engendre l’apparition de divers symptômes. Notre corps perçoit ces protéines comme des substances hostiles. Il cherche donc à les éliminer.

La maladie cœliaque se manifeste par des troubles digestifs courants, comme de la constipation ou de la diarrhée, des ballonnements ou douleurs intestinales, des flatulences… Sans qu’on le sache, c’est le gluten qui agit sur notre corps.

Comment remplacer le gluten ?

Remplacer et éviter totalement le gluten n’est pas toujours facile, mais cela vous offrira certainement un gain de confort de vie.

Attention, la farine est partout

Il faut donc commencer par éviter tous les aliments qui en contiennent. Et le problème, c’est que la farine de blé est utilisée comme liant dans la plupart des préparations industrielles ! Et même dans les plats préparés, où la farine de blé et donc le gluten servent de liant. C’est pourquoi il est intéressant de revenir à des valeurs simples et à cuisiner vous-mêmes ce que vous mangez. Parfois, quelques minutes de cuisine suffisent à se préparer de bons repas ou d’excellentes collations !

Si vous achetez des produits industriels, pensez à consulter la liste des ingrédients. Vous trouverez aussi des produits “sans gluten” ou “gluten free” dans le commerce. Cette gamme tend à se développer depuis quelques années et offre aujourd’hui des choix intéressants.

Remplacer la farine de blé

De plus, la farine de blé des recettes classiques se remplace par d’autres farines, comme la la fécule de maïs ainsi que farine de riz ou de châtaigne par exemple. Il en est de même pour la farine de sarrasin, de pois chiche ou de coco. Beaucoup de farines alimentaires ne contiennent pas de gluten !

Cependant, il faut aussi remplacer l’effet liant du blé. De ce fait, il faut panacher la farine sans gluten de votre choix avec des poudres de fruits oléagineux (amandes, noisettes) ou des fécules (pomme de terre, maïs). Ces farines apportent aussi de nouvelles saveurs !

Manger healthy à petit prix, c’est possible !

Manger healthy à petit prix, c’est possible !

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, bien manger ne coûte pas plus cher. Il faut seulement faire preuve de bon sens et se tourner vers des solutions plus économiques. Car manger healthy à petit prix, c’est bel et bien possible ! Voici comment vous y prendre pour améliorer le contenu de votre assiette sans toucher à votre porte-monnaie.

Acheter des produits locaux et de saison

Les aliments cultivés près de chez vous seront certainement les moins chers des étals de marché. Et pour une bonne raison : ils n’ont pas beaucoup voyagé ! Importer des aliments de l’autre bout du monde nécessite de mobiliser les bateaux et des camions, mais aussi d’imposer des traitements de conservation chimiques aux aliments. Préférez les récoltes des petits producteurs locaux pour alléger la note et profiter de très bons produits tout au long de l’année.

Pour bien manger à petit prix, il ne faut pas lésiner sur la qualité. Il suffit de suivre le rythme des saisons et consommer les produits du moment. Lorsqu’un fruit ou un légume est vendu en pleine saison, son prix est beaucoup moins élevé que lorsqu’il est importé pour être consommé hors saison. Par exemple, les tomates sont plus onéreuses en hiver qu’en été, parce que tous les producteurs ne peuvent pas les cultiver sous serre. Il en est de même pour tous les aliments !

Lancez les fourneaux !

Une cuisine healthy nécessite toujours un minimum de préparation. Or, si on choisit des aliments healthy “prêts à être consommés” on le ressent vite sur le budget du foyer. Pour économiser, il n’y a rien de plus radical et efficace que de se remettre aux fourneaux. Alors, rassurez-vous : la plupart du temps, quelques minutes de cuisine suffisent à préparer un repas sains et économique.

De même, évitez de gaspiller et utilisez intelligemment vos restes dans de bonnes recettes healthy. Il existe toujours un bon moyen de réduire la note tout en soignant le contenu de notre assiette. Ne jetez pas vos aliments non utilisés, vos “chutes” de découpe ou autre : ils ont toujours une utilité.

Essayez-vous au batch cooking

Connaissez-vous le batch cooking ? Son principe est simple : prendre quelques heures le week-end pour cuire et préparer des aliments. Ces derniers seront ensuite assemblés de différentes façons au cours de la semaine pour créer des repas sains et diversifiés. Par exemple, prévoyez différents repas à base de riz, et préparez ce dernier avant de débuter la semaine. Prévoir ses repas permet de mieux organiser les courses, et éviter les dépenses inutiles ainsi que le gaspillage.

De même, prévoir ses repas est un bon moyen de manger healthy tout en réalisant des économies. Avec une liste de course précise, on n’oublie rien et on n’achète rien de superflu ! Et surtout, ne faites pas les courses le ventre vide…

Pensez aux protéines “petit budget”

Beaucoup de recettes healthy pas chères s’élaborent à partir de protéines peu onéreuses comme les lentilles ou les autres légumineuses. Cela n’a rien d’un hasard ! Un kilogramme de lentille est beaucoup moins cher qu’un kilogramme de bœuf. Pourtant, d’un point de vue nutritionnel, les lentilles sont bien plus intéressantes que la viande. Alors, misez davantage sur les végétaux pour garder un œil sur votre ligne et réduire le budget alimentaire de la famille !

Utilisez le congélateur

Les fruits et les légumes, les viandes et poissons, les herbes aromatiques… Bon nombre de vos aliments peuvent être congelés. Vous pouvez même congeler des portions de vos plats pour de futurs repas sains et légers. Si vous manquez de temps et ne voulez plus vous ruer sur des solutions pratiques et onéreuses, alors faites usage de votre congélateur ! Manger sainement et sans dépenser trop est tout à fait possible.

 

Comment faire des pancakes fluffy ?

Comment faire des pancakes fluffy ?

On les voit un peu partout à la télévision, et notamment dans les programmes qui nous viennent des États-Unis. Ils nous font envie à chacune de leur apparition télévisée et pour cause, ils sont un véritable régal ! Alors, si cette spécialité culinaire vous fait saliver, nous avons la recette qu’il vous faut.

Alors non, les pancakes ne sont pas de vulgaires grosses crêpes. Ils sont doux, épais, généreux et aériens. Et ils possèdent aussi leur propre recette de cuisine. Une recette à marier avec du sirop d’érable, de la confiture ou toutes les garnitures qui vous feront envie : fruits, coulis, chocolat, pâtes à tartiner, purées d’oléagineux…

Les ingrédients des pancakes Fluffy

Voici une version du véritable Fluffy pancakes. Elle nécessite dix minutes de préparation, et environ dix minutes de cuisson. Et elle permet la réalisation d’une dizaine de délicieux pancakes. Choisissez des ingrédients de qualité pour une recette réussie !

Pour réaliser de parfaits Fluffy pancakes, vous aurez donc besoin de :

  • 300 grammes de farine T65 ;
  • 20 grammes de levure chimique, ce qui correspond à deux grosses cuillères à café ou à deux sachets ;
  • Deux œufs ;
  • 50 grammes de sucre (ou moins) ;
  • 50 grammes de beurre ;
  • 350 millilitres de lait.

Si vous souhaitez préparer des pancakes sans gluten, pensez à remplacer la farine de blé par un autre type de farine de votre choix. De même, comme les garnitures sont souvent sucrées, vous pourrez réduire la part de sucre ou la supprimer, si le cœur vous en dit. Mais il s’agit ici d’une recette de pancakes « fluffy ». On les veut réconfortants au possible !

D’autre part, pour faire gonfler vos pancakes, vous pouvez aussi utiliser du lait Ribot en plus de lait classique. Et si vous n’en avez pas, vous pourrez ajouter du yaourt nature à la place. De plus, si vos pancakes ne sont pas « fluffy » du tout, c’est probablement à cause de la levure. Celle-ci est insuffisante, ou périmée. Enfin, si vous mélangez trop les ingrédients, vous n’obtiendrez pas l’effet Fluffy tant attendu !

Recette de pancakes Fluffy : les instructions

Pour une recette de qualité, il est important de bien sélectionner ses ingrédients et ses outils. Nous vous conseillons de préparer le nécessaire pour réaliser votre recette avant de commencer celle-ci. Ainsi, il sera beaucoup plus facile de respecter chacune de ces étapes.

La préparation de la pâte

Dans un grand saladier, mélangez l’ensemble des ingrédients secs. Cela comprend la farine, la levure et le sucre. Ensuite, faites fondre votre beurre dans le lait, que vous aurez pris soin de faire tiédir au préalable. Versez le lait enrichi au beurre dans le saladier de mélange sec, puis ajouter vos œufs. Si vous le souhaitez, vous pouvez battre légèrement les deux œufs avant de les incorporer à votre mélange.

Battez votre mélange à la main, à l’aide d’un traditionnel fouet. Mais prenez soin de ne pas trop mélanger. Dans l’idéal, on utilise les ingrédients à peine incorporés. Ne battez pas votre mélange comme s’il s’agissait de crêpes ! Il doit encore rester quelques grumeaux. Enfin, laissez votre mélange reposer durant une demi-heure avant de l’utiliser.

La cuisson des pancakes

Lorsque la pâte est prête, faites chauffer une poêle à feu moyen, que vous prendrez soin de beurrer. Allez-y généreusement, surtout pour les premiers pancakes ! Déposez une grosse cuillère de pâte pour chaque pancake et laissez cuire chacun d’eux durant une bonne minute.

Retournez le pancake lorsque vous apercevez de petites bulles en train de se former à la surface. Dorez la seconde face du pancake Fluffy puis déposez-le dans une assiette. La tradition veut qu’on les déguste sans attendre avec un filet de sirop d’érable… Mais c’est à vous de voir !